Initiatives gouvernementales en matière de facturation électroniquedéfinissant une nouvelle norme sur le marché belge

Facturer au Secteur Public
Body: 

45 à 65 % de toutes les sociétés sont des fournisseurs du gouvernement. 100 % de toutes les entreprises et des ménages reçoivent des factures du gouvernement.

Les gouvernements du monde entier sont aux prises avec la nécessité de réduire leurs coûts tout en maintenant (voire en augmentant) leurs niveaux de service. Pour relever ce défi, les gouvernements se penchent de plus en plus sur les possibilités offertes par le commerce électronique.

Il n’est donc pas surprenant que les deux plus grands marchés mondiaux, l’UE et les Etats-Unis, commencent à imposer à leurs fournisseurs de passer à la facturation électronique. Ce passage à la facturation électronique B2G aura un impact sur les différents types d’entreprises.

Dès le 1er janvier 2017, les gouvernements passeront à la facturation électronique. Etes-vous prêt pour cette transition obligatoire ? 

Téléchargez notre nouveau livre blanc : « Pourquoi les gouvernements ne travaillent-ils pas encore de façon dématérialisée ? » ou contactez-nous pour plus d’informations et les solutions Basware.

Découvrez de nouvelles chaînes de valeur grâce à la facturation électronique

La facturation électronique n'est qu’une partie de la vision de Basware sur le secteur public. Le gouvernement flamand et le gouvernement fédéral sont confrontés à des inefficacités à plusieurs niveaux. Et ce n’est pas la faute des individus. Les gouvernements, tout comme les entreprises du secteur public, associent des personnes et des systèmes qui s’efforcent de fournir un service, mais se comportent en même temps comme des clients. L’investissement supplémentaire dans les systèmes et les personnes freine souvent les gouvernements. La vision de Basware consiste précisément à permettre aux gouvernements de découvrir de nouvelles chaînes de valeur tant pour eux-mêmes que pour le reste de l’économie.

Ce n’est plus « si », mais « quand »

Même si l’UE et les Etats-Unis n’avaient pas imposé l’obligation de facturation électronique dès 2018, l’analyse de rentabilité de la mise en œuvre de la facturation électronique serait inéluctable. Les avantages de la facturation électronique ont été maintes fois confirmés par des études indépendantes – ce n’est qu’une question de temps avant que la facturation électronique devienne habituelle. Dans le secteur privé, la facturation électronique est déjà reconnue comme un avantage concurrentiel et de nombreuses entreprises (petites et grandes) du monde entier l’ont adoptée comme une nouvelle manière de faire des affaires plus intelligemment. Les gouvernements mettent par nature plus de temps pour mettre en œuvre de nouvelles technologies, mais ils rattrapent leur retard.

 

Europe et Etats-Unis : Facturation électronique B2G à partir de 2018

L’Europe a déjà pris plusieurs initiatives en matière de facturation électronique. Dans certains pays, notamment le Danemark et la Finlande, près de 100 % des factures envoyées au secteur public le sont sous forme électronique. Dans d’autres pays, par exemple la Norvège, la facturation électronique est obligatoire pour le gouvernement central, et un déploiement est en cours pour les autorités locales. Le Portugal, l’Autriche et l’Espagne ont leurs propres directives qui encouragent depuis 2014 la transition vers l’envoi de factures numériques à l'Etat et accompagnent le passage vers la facturation électronique obligatoire. A partir de 2018, la facturation électronique B2G sera obligatoire dans l’ensemble de l’UE.

Aux Etats-Unis, parallèlement à l’Europe, la facturation électronique B2G sera également obligatoire à partir de 2018. D’autres initiatives, comme QuickPay et SupplierPay, qui se concentrent plus sur le paiement et l’approbation rapide des factures, sont tributaires de la facturation électronique pour être réellement efficaces et permettre un paiement plus rapide. Il ne fait aucun doute que de telles initiatives dans le monde contribueront à libérer plus de fonds de roulement de la « financial supply chain » et à renforcer le flux de trésorerie tant pour les vendeurs que pour les acheteurs.


Knowledge center title: 
Articles from the Knowledge Center